“Les ressources ne sont pas illimitées donc la croissance est finie”

S’il y a bien une idée à la mode dont tout le monde parle et que tous les candidats à la présidentielle font apparaître dans leurs programmes, c’est le revenu universel. Les justifications de son existence feraient consensus aussi bien auprès des libéraux (rires) qu’auprès des socialistes.

Benoit Hamon avançait quant à lui les raisons pour lesquelles il souhaitait le mettre en place : les ressources disponibles ne sont pas illimitées, donc la croissance est finie, donc il n’y aura pas du travail pour tout le monde, donc il faut accorder un revenu de base à chacun pour lui assurer une vie décente. Bien essayé Benoit, mais non, ça ne fonctionne pas comme ça. Voyons pourquoi.

Revenons au commencement de cette idée avec notre cher Thomas Malthus. Malthus, économiste britannique du XVIIIème et XIXème siècle, annonçait un cataclysme mondial du fait que le nombre d’habitants sur Terre augmentait fortement alors que les terres disponibles pour les nourrir étaient elles finies. Il devait s’en suivre que les gens auraient naturellement moins d’enfants et certaines personnes devaient même s’abstenir d’en avoir pour sauver l’humanité (Malthus était un pasteur anglican ne l’oublions pas).

Nul besoin de préciser que les prévisions de Malthus se sont avérés parfaitement fausses. Nous sommes aujourd’hui 7 milliards alors que du temps de Malthus, la population totale était de 1 milliard. Non seulement, Malthus s’est trompé en disant que les gens arrêteraient d’avoir des enfants mais en plus ces enfants n’ont jamais connu des conditions d’existence aussi bonnes. Les taux de pauvreté et de malnutrition mondiaux atteignent chaque année des niveaux historiquement bas comme le montrent les graphiques ci-dessous :

sans-titre

sans-titre

Malthus s’est donc trompé. Pour quelle raison ? Malthus a oublié un élément capital dans son équation : il a oublié que la première des ressources est le cerveau humain. En effet rien n’est une ressource avant que le cerveau d’un individu ne repère son utilité. Avant la fin du XIXème siècle, le pétrole n’était un magma gluant et noir enfoui sous terre jusqu’à ce que des individus se rendent compte qu’il pouvait être utile pour faire fonctionner des moteurs à combustion. Le soleil a toujours existé pourtant il aura fallu attendre des millénaires avant que l’être humain arrive à le transformer en énergie électrique pour alimenter des voitures, des ampoules, des machines. Ces mêmes outils qui lui permettent d’améliorer chaque jour ses conditions de vie.

Malthus n’avait pas anticipé le fait que nous découvrions du pétrole dans de telles quantités, que nous développerions des engrais et des machines qui augmenteraient largement la production mondiale d’aliments et permettraient ainsi à une large part de la population d’améliorer ses conditions d’existence.

Nous imaginons donc que le monde dispose de ressources limitées parce que nous ne voyons que les ressources que notre cerveau identifie à l’heure actuelle. Pourtant nous pourrions dans un futur relativement proche imaginer des centrales à fusion nucléaire. Celles-ci fonctionneraient grâce au deuterium et au tritium, deux éléments présent en quantité gigantesque dans les océans pour le premier et très facilement synthétisable pour le second (déchet d’une réaction radioactive).

Vous me direz in fine il y a bien un moment où on aura utilisé tout ce qu’il y a sur terre ! On oublie alors que “rien ne se perd, rien de ne crée, tout se transforme”. Qui aurait pu imaginer que des bouteilles plastiques que nous aurions vulgairement jetées dans une décharge pourraient aujourd’hui permettre de produire des vêtements chauds (polaires) ou des stylos ? Qui aurait pu imaginer que des feuilles mortes et des microbes coincés entre deux roches pourraient un jour devenir des hydrocarbures et permettre à des usines et des voitures de fonctionner ?

Il est d’ailleurs assez surprenant que les premiers défenseurs de la théorie des “ressources limitées” soient souvent des militants écologistes. Ces mêmes militants qui nous appellent à recycler nos déchets. Le fait que nous recyclons nos déchets est la preuve absolue que nos ressources actuelles peuvent être réutilisées et donc qu’elles ne sont pas limitées. Tout ça parce que des esprits malins se sont rendus compte que l’on pouvait réutiliser le journal de la veille pour imprimer celui du jour. Comme dit précédemment, les ressources ne sont pas limitées parce qu’une ressource n’en est une en tant que telle que lorsque l’esprit l’identifie comme utile. Or jusqu’à présent, l’imagination et la créativité de l’esprit humain n’ont pas encore prouvé leurs limites.

J’avais eu l’occasion de lire il y a quelques années un article dans une revue scoute qui appelait les pays du monde à choisir la voie de la décroissance. L’argument malthusien y était encore invoqué. C’est oublier qu’aujourd’hui une grande part de la croissance provient d’activités ayant pour principale ressource le cerveau humain : les services. Au-delà de l’argument malthusien, l’appel à la décroissance est donc parfaitement stupide dans un monde qui n’a jamais autant reposé sur l’esprit de ses habitants.

Affirmer que le monde dispose de ressources finies et donc que la croissance l’est aussi est une hérésie. Elle repose sur une vision pessimiste de l’esprit humain qui serait donc incapable de trouver des solutions aux problèmes de demain. Au lieu d’affirmer de telles inepties, les politiques devraient donc encourager les personnes qui utilisent leur esprit à résoudre ces problèmes. Cela commence par leur foutre la paix, arrêter de pondre des lois pour encadrer tous les aspects de leur vie et arrêter de spolier le fruit de leur réflexion.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s